Index - FAQ - Rechercher - Membres - Groupes - S’enregistrer - Messages Privés - Connexion
Abilio Estévez

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    ce qui restait à dire sur les ecrivains de las americas Index du Forum -> ce qui restait à dire sur les ecrivains de las americas -> Abilio Estévez
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
larouge
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 05 Fév 2009
Messages: 415

MessagePosté le: Mer 11 Fév - 16:13 (2009)    Sujet du message: Abilio Estévez Répondre en citant

Abilio Estévez 

Photo Librairie Gaïa 
 Abilio Estévez est né à La Havane en 1954. Il y a étudié la littérature et la philosophie. Son premier roman, Ce royaume t'appartient (Grasset, 1999), a été unanimement salué par la critique, traduit en douze langues, et a reçu en 2000 le prix du meilleur livre étranger.


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 11 Fév - 16:13 (2009)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
larouge
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 05 Fév 2009
Messages: 415

MessagePosté le: Mer 11 Fév - 16:16 (2009)    Sujet du message: Abilio Estévez Répondre en citant

Titre : Palais lointains
Auteur : Abilio Estévez
 
 
 
 
 
Broché Paru le
: 14/04/2004

Editeur
: Grasset



La Havane à la veille du troisième millénaire.
Victorio n'a plus d'endroit où vivre, il erre dans la ville épuisée. Une ville triste le jour et dangereuse la nuit, aux mains de la police et du commerce du sexe, corrompus l'un comme l'autre. Puis il rencontre Salma, une jeune prostituée, et tous deux vont trouver refuge dans les ruines d'un ancien théâtre construit par une aristocrate russe, pour un improbable amant. Dans ce lieu de féerie, un personnage excentrique et mystérieux les accueille, Don Fuco.
Il va les initier à l'art du déguisement, au comique et, ensemble, ils vont convoquer les esprits des plus grandes étoiles de ce siècle, de Nijinski à la Callas. La poésie, la danse, le mime, la fiction, une mise en scène parodique de la beauté sont la voie d'accès aux palais lointains d'une ville inatteignable - où ceux qui ne cherchent qu'un endroit pour vivre, pour se reposer et qui se moquent de politique, de liberté, de patriotisme ne seraient plus confrontés à la tragique réalité.
Palais lointains : un adieu à La Havane ? A cette ville agonisante qui sera peut-être, un jour, balayée par une gigantesque tempête et ne survivra que par l'imaginaire. Abilio Estévez confirme son talent d'écrivain : musicalité, sonorité, rythmes, un souffle poétique sans pareil. Il reste fidèle à son univers, évoquant la déliquescence, la claustrophobie, la nostalgie propre à son île.


Revenir en haut
larouge
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 05 Fév 2009
Messages: 415

MessagePosté le: Mer 11 Fév - 16:20 (2009)    Sujet du message: Abilio Estévez Répondre en citant

Titre : Ce royaume t'appartient
Auteur : Abilio Estévez
 
 
 
 
 
 
Broché Paru le
: 14/04/2004

Editeur
: Grasset


Au cœur même de La Havane, une vaste étendue clôturée, foisonnant de manguiers, d'anones, de saules, d'hibiscus, de palmiers : l'île. Au milieu des arbres, des statues mythologiques et, dissimulée dans un coin, la Vierge de la Caridad del Cobre, patronne de Cuba. Le domaine était partagé entre l'impénétrable Au-delà et l'En deçà, vaste labyrinthe de maisons reliées par de si nombreux îlots et patios que leurs habitants parvenaient à s'y perdre, ignorant, au reste, la proximité de la mer. Des personnages hétéroclites : un vieux professeur passionné de poésie anglaise ; des gens charriés par des vagues de misère et de déveine; une Cassandre appelée Comtesse-aux-pieds-nus ; Casta Diva, la cantatrice qui fignolait ses vocalises dans le cabinet de toilettes; dona Juana, la nonagénaire jour et nuit sur son lit, un chapelet entre les doigts... Tous, sous la chaleur étouffante, attendent la pluie, la fin du monde, la mort. 
Le jeune inconnu blessé, enveloppé dans le drapeau cubain, une plaie sanglante au cou, était-il un envoyé de la Providence, un ange de l'Apocalypse, ou le Christ en personne ? Le 31 décembre 1958, date désormais historique, dona juana a tendu la main et renversé la bougie près du lit, allumant l'incendie qui s'empara de l'île. En cet instant précis, le président Batista prenait la fuite et s'envolait vers la République de Santo Domingo...


Revenir en haut
larouge
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 05 Fév 2009
Messages: 415

MessagePosté le: Mer 11 Fév - 16:25 (2009)    Sujet du message: Abilio Estévez Répondre en citant

par Jean-Pierre Favreau et Abilio Estevez  
 
 
 
 
 
[*]Relié: 103 pages [*]Editeur : En vues (25 juin 1999) [*]Collection : Impression de voyage

Dans ma mythique Havane peuplée de fantômes, enivrée de sons et de sensualité, Jean-Pierre Favreau fait preuve, à travers ses images, d'une rare sobriété qui évacue du regard tous les poncifs et les clichés à la mode pour ne conserver que l'essence même des choses à travers la puissance de la lumière, des cadrages et du noir et blanc. La rue devient ainsi métaphore, décor stylisé de toutes les cités caraïbes, cicatrice intérieure, réflexion de l'âme où l'homme et son ombre balancent leur solitude, avant de s'accrocher pleins d'espoir aux baskets d'une inconnue. Abilio Estévez, l'écrivain cubain dont l'œuvre apparaît peu à peu des plus importantes, nous livre un récit autobiographique d'une touchante beauté sur l'évocation de l'enfance, les souvenirs mêlés de peurs et de bonheur, son amour permanent pour la Havane. Les photos de l'un et le texte de l'autre inventent ici une partition cinématographique, un film noir poétique, un travelling à deux voix pour une longue complainte amoureuse dans les faubourgs de l'humanité.


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 08:41 (2018)    Sujet du message: Abilio Estévez

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    ce qui restait à dire sur les ecrivains de las americas Index du Forum -> ce qui restait à dire sur les ecrivains de las americas -> Abilio Estévez Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB
Appalachia Theme © 2002 Droshi's Island
Traduction par : phpBB-fr.com
Designed & images by Kooky