Index - FAQ - Rechercher - Membres - Groupes - S’enregistrer - Messages Privés - Connexion
Adolfo CAMINHA

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    ce qui restait à dire sur les ecrivains de las americas Index du Forum -> ce qui restait à dire sur les ecrivains de las americas -> Adolfo CAMINHA
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
larouge
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 05 Fév 2009
Messages: 415

MessagePosté le: Mar 10 Fév - 12:35 (2009)    Sujet du message: Adolfo CAMINHA Répondre en citant

Adolfo CAMINHA 
 
 
(Aracati, Ceará, 1867 – Rio de Janeiro, RJ, 1897). Adolfo Ferreira Caminha. Mort de tuberculose à l’âge de trente ans. Il a participé en 1892 à la création du mouvement littéraire « Padaria espiritual » [boulangerie spirituelle], inspiré de l’école réaliste. Il a publié des romans naturalistes dont les thèmes firent scandale : inceste et adultère, dans A Normalista (1893) ou la passion éprouvée par un marin pour un jeune mousse dans O Bom-Crioulo (1895).
 
 

 


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mar 10 Fév - 12:35 (2009)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
larouge
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 05 Fév 2009
Messages: 415

MessagePosté le: Mar 10 Fév - 12:39 (2009)    Sujet du message: Adolfo CAMINHA Répondre en citant

Rue de la Miséricorde (O Bom-Crioulo, 1895), roman, traduit du portugais par Maryvonne Lapouge-Pettorelli, préface de Clélia Piza. [Paris], Éditions Métailié, « Bibliothèque brésilienne », 1996, 160 pages, 13 € 

 

LA RUE DE LA MISERICORDE
de : Caminha
 
 
 
 
 
 
 
Editeur(s) : Anne-Marie Métailié

Genre :
ROMAN CONTEMPORAIN
Date de Parution : 30/12/1995
 



 


Critique de Le Monde 
Le 26 Janvier 1996

Le gay Othello
   En publiant, en 1895, Rue de la Miséricorde, Adolfo Caminha (1867-1897) ne prenait pas en traître le lecteur candide. Dès le premier chapitre, l'écrivain brésilien semait les indices sulfureux. Après deux pages d'une innocente mise en place du décor, nous tombons dans le vif du sujet : une séance de flagellation d'un réalisme plus que complaisant. Un bourreau mulâtre lacère de cruels coups de fouets le dos de deux jeunes matelots, un Blanc et un Noir, sont punis, sous le regard lascif de l'équipage.
    Le roman maritime rempli de fureur virile se mue en un délirant opéra d'amour et de mort. Bom-Crioulo, ancien esclave noir, découvre, dans le même temps et contre toute prévision, la liberté, le désir homosexuel et la passion. C'est Aleixo qu'il veut, qu'il aura, qu'il perdra, bien sûr. Une passion fulgurante, tranchante et fatale : pas de femmes, pas d'accommodements, pas de résignation non plus, mais, sauvage, tumultueuse et obsessionnelle, une faim que l'étreinte charnelle apaise sans la combler. L'auteur fait allégeance à la morale le naufrage qu'entraîne toute concupiscence que la société réprouve. Mais, grâce à la rouerie fort bien ajustée d'un discours qui condamne la frénésie sexuelle pour mieux la décrire, il ne sacrifie en rien les détails et les arrière-plans d'une dévotion dévorante.
    Rio de Janeiro, 1895 : les deux marins s'enferment dans une mansarde, rue de la Miséricorde. Une maquerelle assagie veille sur leurs accouplements clandestins, s'en repaît, puis s'empresse de s'approprier le tout jeune Aleixo dès que Bom-Crioulo, malade et traqué, ne peut plus exercer son empire. La petite frappe blonde nostalgique mais trop veule pour ne pas céder aux enchantements d'une normalité vénale se régale de trahir impunément l'immense Noir au coeur de midinette. C'est la lente agonie de Bom-Crioulo, le chemin de croix d'un homme fou et inconsolé.
    On croyait que Georges Eekhoud était le premier écrivain à avoir écrit un authentique récit homosexuel (Escal-Vigor, 1899). Adolfo Caminha fut un courageux précurseur, même s'il se soumet parfois aux mièvreries langagières de son époque et exhibe, avec forfanterie et humour, les amours moins interdites, si chères à Colette, entre un Narcisse ingrat et une Phèdre vorace.
    Il y a cent ans, Adolfo Caminha transgressait les tabous et inventait le héros. ll créait surtout un personnage : l'Othello homosexuel qui tue son mignon pour se libérer de l'esclavage légendaire du désir.
   

HUGO MARSAN 


Revenir en haut
larouge
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 05 Fév 2009
Messages: 415

MessagePosté le: Mar 10 Fév - 12:41 (2009)    Sujet du message: Adolfo CAMINHA Répondre en citant

Marin noir et mousse blond. "Roman maritime rempli de fureur virile" dans lequel "Othello homosexuel tue son mignon" pour se libérer de sa dévorante passion (selon Hugo Marsan). Un des premiers maillons (1895) de la littérature homosexuelle (avec ##Escal-Vigor##, 1899).

Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 23:15 (2018)    Sujet du message: Adolfo CAMINHA

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    ce qui restait à dire sur les ecrivains de las americas Index du Forum -> ce qui restait à dire sur les ecrivains de las americas -> Adolfo CAMINHA Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB
Appalachia Theme © 2002 Droshi's Island
Traduction par : phpBB-fr.com
Designed & images by Kooky