Index - FAQ - Rechercher - Membres - Groupes - S’enregistrer - Messages Privés - Connexion
Ricardo GÜIRALDES

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    ce qui restait à dire sur les ecrivains de las americas Index du Forum -> ce qui restait à dire sur les ecrivains de las americas -> Ricardo GÜIRALDES
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
larouge
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 05 Fév 2009
Messages: 415

MessagePosté le: Lun 9 Fév - 12:36 (2009)    Sujet du message: Ricardo GÜIRALDES Répondre en citant

 



Ricardo GÜIRALDES (Buenos Aires, 1886 - Paris, 1927)
[ARGENTINE] (Buenos Aires, 1886 — Paris, 1927). Né dans une famille de propriétaires terriens. De retour d'un long voyage en Orient et en Europe en 1912, il publie ses premiers textes qui doivent beaucoup à sa connaissance de la littérature française et européenne d'avant-garde. Ami intime de Valery Larbaud, membre très actif du groupe « Martín Fierro », avec Jorge Luis Borges et d'autres écrivains, il fonde la revue Proa en 1924. Son œuvre maîtresse, Don Segundo Sombra (1926), peint l'archétype du gaucho : admirable tableau de mœurs, c'est aussi une véritable définition de l'essence argentine, à la double nature nationale et européenne.

ANTHOLOGIES / REVUES : Poèmes dans Intentions, septembre-octobre 1923 ; Revue de l’Amérique latine t. VII, avril 1924 ; Les Feuilles Libres, 1927 ; Commerce, printemps 1928 ; Chroniques n° 6, 1928 ; Anthologie de la poésie ibero-américaine, Nagel, 1956. Proses : extrait de Xaimaca (1923), traduit de l'espagnol par Francis de Miomandre, dans La Revue européenne, 1er mai 1927 — « Rosaura » (1922), nouvelle, traduit de l'espagnol par M. Legrand, dans Bibliothèque universelle et Revue de Genève, avril et mai 1928 — « Bouillon de soldat », extrait de Cuentos de muerte y de sangre [Contes de sang et de mort], (1915), traduit de l'espagnol par Georges Pillement, dans Les Conteurs hispano-américains, Delagrave, 1933 — extraits de Don Segundo Sombra. Roman de la pampa, traduit de l'espagnol par Marcelle Auclair et Jean Prévost, illustrations de H. Deluernoz, dans Les Annales n° 2363 et n° 2364, 1930 et dans La Revue Argentine n° 2, 1934 — « Au coin du feu » et « Le puit », traduit de l’espagnol par Arturo Orzábal Quintana, dans Le Paysage et l’âme argentins, 1938.

— Don Segundo Sombra (Don Segundo Sombra, 1926), roman, traduit de l'espagnol par Marcelle Auclair, révisé par Jules Supervielle et Jean Prévost, préface de Jules Supervielle. [Paris], Éditions Gallimard, 1932, 272 p., épuisé —  réédition : Éditions Gallimard, « La Croix du Sud », 1953, 272 p., épuisé — nouvelle édition : Don Segundo Sombra. Histoire d’un gaucho, traduit de l'espagnol par Claude Anne Parmegiani, illustrations de Victor de la Fuente. [Paris], Éditions Nathan, « Arc-en-poche. Deux », 1981, 250 p., épuisé — Don Segundo Sombra, réédition de la traduction de Marcelle Auclair, révisée par Jean Prévost et Jules Supervielle, avec une présentation de Jean-Pierre Sicre : [Paris], Éditions Phébus, 1994, 236 p., 19.67 € ; dans Le Cheval, anthologie de romans et de nouvelles, préface de Jean-Pierre Digard et Jean-Louis Gouraud. [Paris], Éditions Omnibus, 1995, 1110 p., 22.11 € ; « 10-18. Domaine étranger » n° 2889, 1997, 236 p., 6.90 €.

FILMOGRAPHIE : Don Segundo Sombra (1969), film de Manuel Antin, d’après le roman homonyme (1926), avec Adolfo Güiraldes, Héctor Alterio, Alejandra Boero — Un idilio de estación (1978), film de Aníbal Uset, d’après la nouvelle « Rosaura » (1922), avec Arturo Puig, Marta González.




Ricardo Guiraldes est né dans une famille de propriétaires terriens argentins. De retour d'un long voyage en Orient et en Europe en 1912, il publie ses premiers textes qui doivent beaucoup à sa connaissance de la littérature française et européenne d'avant-garde. Ami intime de Valery Larbaud, membre très actif du groupe « Martín Fierro », avec Jorge Luis Borges et d'autres écrivains, il fonde la revue Proa en 1924. 


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 9 Fév - 12:36 (2009)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
larouge
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 05 Fév 2009
Messages: 415

MessagePosté le: Lun 9 Fév - 12:37 (2009)    Sujet du message: Ricardo GÜIRALDES Répondre en citant

son seul livre traduit est Don Segundo Sombra
Ricardo Guiraldes , 10-18 , 1997 , 6.90 €















Don Segundo Sombra procurera au lecteur armé d'une enfance encore proche les mêmes sensations qu'il éprouvait à se plonger dans les univers aventureux de ses héros d'alors. À quoi il faut ajouter la jouissance de la langue, chose davantage de maturité, facilitée par une traduction magnifique. C'est sans doute le roman le plus achevé de la tradition criollista, devant lequel l'intraitable Borges lui-même rendait les armes, lit-on dans le texte de présentation. Roman initiatique par sa construction; roman de la poésie profonde de la pampa par ses images; roman à clef par le rôle qu'y tiennent destin et hasard; roman social par sa peinture des travaux et des jours du gaucho; recueil de contes par les insertions de nombreux récits imbriqués; roman de la quête de l'identité au terme duquel le jeune héros narrateur apprend son nom et son origine, dans l'angoisse de la perte d'une autre forme de liberté, celle que lui assurait sa condition de bâtard et de resero. Et pas même un pavé, seulement 235 pages de littérature pure...

Traduction de l'espagnol par Marcelle Auclair.


bibliographie en espagnol:
El cencerro de cristal (1915)
Cuentos de muerte y de sangre (1915)
Raucho (1917)
Rosaura (1922)
Don Segundo Sombra (1926)
Poemas místicos (Obra póstuma - 1928)


Revenir en haut
larouge
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 05 Fév 2009
Messages: 415

MessagePosté le: Lun 9 Fév - 12:59 (2009)    Sujet du message: Ricardo GÜIRALDES Répondre en citant

je ne suis malheureusement, pas d'accord avec la présentation du livre, par 10/18 et avant par phebus.

ce livre necessite rapidement une nouvelle traduction !

j'en avais fait cadeau à mes enfant qui sont venus me voir pour me dire qu'ils ne comprennaient rien, mais alors rien du tout !
j'ai essayé de le lire à mon tour, et effectivement, ce texte n'avait rien à voir avec celui dont je me souvenais.
il a fallu que je demande qu'on m'envoie un exeplaire en espagnol (argentine) pour retrouver la magie et la musique, et l'ambiance.

la rouge


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 10:24 (2018)    Sujet du message: Ricardo GÜIRALDES

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    ce qui restait à dire sur les ecrivains de las americas Index du Forum -> ce qui restait à dire sur les ecrivains de las americas -> Ricardo GÜIRALDES Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB
Appalachia Theme © 2002 Droshi's Island
Traduction par : phpBB-fr.com
Designed & images by Kooky