Index - FAQ - Rechercher - Membres - Groupes - S’enregistrer - Messages Privés - Connexion
José Maria ARGUEDAS

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    ce qui restait à dire sur les ecrivains de las americas Index du Forum -> ce qui restait à dire sur les ecrivains de las americas -> José Maria ARGUEDAS
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
larouge
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 05 Fév 2009
Messages: 415

MessagePosté le: Dim 8 Fév - 13:37 (2009)    Sujet du message: José Maria ARGUEDAS Répondre en citant

José Maria ARGUEDAS 
 
 
José María Arguedas est né à Andahuaylas (Pérou), en 1911, dans le coeur de la région andine la plus pauvre et la plus oubliée du pays.
Il est donc très tôt en contact avec les personnages et le milieu qu'il incorporera dans son oeuvre.
La mort de sa mère et les fréquentes absences de son père, avocat, le pousse à chercher refuge parmi les paysans indiens, dont il acquiert la langue quechua, les croyances et les valeurs.
Etudiant à l'Université San Marcos de Lima, il a beaucoup de difficultés pour s'adapter à la ville sans renoncer aux traditions indigènes, ressentant tout ce peut éprouver l'Indien qui doit laissé de côté sa propre culture pour assimiler un autre rythme de vie.
Ces problèmes le suivront tout au long de sa vie, au point de l'handicaper dans la lutte culturelle et politique pour la reconnaissance des indigènes.

Sa lutte, Arguedas va surtout l'exprimer dans ses écrits. Dans les trois contes de la première édition de "Agua" (1935), dans son premier roman "Yawar fiesta" (1941) et dans "Diamantes y pedernales" (1954), on apprécie l'effort de l'auteur pour offrir une version des plus authentiques de la vie andine.
Dans ces oeuvres Arguedas revendique le Droit au mode de vie de l'Indien, sans tomber dans un racisme à l'envers.
L'oeuvre de José María Arguedas comprend au moins trois romans : "Los ríos profundos" (1956), "Todas las sangres" (1964) et "El zorro de arriba y el zorro de abajo" (1971). Le dernier roman restera inachevé.

L'oeuvre qui exprime avec le plus de lyrisme et de profondeur le monde mythique des indigènes, avec la persistance de ses traditions magiques, est sans nul doute "Los ríos Profundos". Son mérite est de présenter toutes les nuances d'un Pérou en pleine phase d'intense métissage.
Reconnaissant le talent du romancier on lui confiera le ministère de la culture de son pays et, il fera de la langue Quechua la langue officielle du Pérou avec l'espagnol.
Mais la crise sociale que subit le pays à partir de 1968 va l'affecter profondément. En 1969, José María Arguedas se donne la mort.



Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Dim 8 Fév - 13:37 (2009)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
larouge
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 05 Fév 2009
Messages: 415

MessagePosté le: Dim 8 Fév - 13:41 (2009)    Sujet du message: José Maria ARGUEDAS Répondre en citant

LES FLEUVES PROFONDS
Auteur(s) : José Maria Arguedas 
 
 
 
 
 
 
[*]Éditeur : Gallimard [*]Collection : IMAGINAIRE [*]Genre : ROMAN CONTEMPORAIN [*]Présentation : Broché [*]Date de parution : 02/10/2002

Dans les vallées du Pérou du Sud arrosées par l'Apurímac, le Pachachaca, un avocat pauvre erre de ville en village à la recherche d'une résidence idéale. Son jeune fils, Ernesto, l'accompagne dans ce périple et raconte avec beaucoup de gravité et de poésie comment il découvre le monde à travers cette existence nomade.
Et lorsque son père le laisse dans un collège religieux de la province, Ernesto connaît le désarroi au milieu de camarades brutaux ou vulnérables. Au cours de ses escapades, il voit le misérable sort des péons. Lors d'une révolte, il suit les métisses dans leur bruyante émeute. Une épidémie de typhus s'abat sur les hameaux indiens : cette vision digne de l'Apocalypse constitue pour l'enfant le sommet d'une crise où tout, dans sa solitude, lui aura été révélé.


Revenir en haut
larouge
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 05 Fév 2009
Messages: 415

MessagePosté le: Dim 8 Fév - 13:46 (2009)    Sujet du message: José Maria ARGUEDAS Répondre en citant

YAWAR FIESTA (LA FETE DU SANG)
Auteur(s) : Jose Maria Arguedas 
 
 
 
 
[*]Éditeur : Anne-Marie Métailié [*]Collection : BIBLIOTHEQUE HISPANO AMERICAINE [*]Genre : ROMAN CONTEMPORAIN [*]Présentation : Broché [*]Date de parution : 30/12/2000
Les Andes, dans les années 30. Pour la fête nationale, sur la place du village, les Indiens des communautés de Puquio affrontent un taureau, à la dynamite, et se font la plupart du temps encorner. Cette année-là, un préfet "progressiste" décide que la corrida sera moderne, à l'espagnole, avec un torero venu de Lima. Les Indiens, eux, vont ramener de la sierra un taureau mythique, le "Misitu". J. M. Arguedas nous place au centre d'un conflit où s'affrontent les civilisations et les classes sociales, la ville et la sierra. Au-delà de l'argument, ce roman est remarquable par la création d'une langue où s'invente une syntaxe éclatée, mêlant quechuismes et mots espagnols pour une voix plurielle comme un choeur.


Revenir en haut
larouge
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 05 Fév 2009
Messages: 415

MessagePosté le: Dim 8 Fév - 13:47 (2009)    Sujet du message: José Maria ARGUEDAS Répondre en citant

dedicace de telerama

le 14 fevrier 2001
 
Arguedas n'est guère connu en France, où ne sont traduits que quatre de ses livres : "Les Fleuves profonds", "Tous sangs mêlés", "L'Amante du condor" et, le dernier en date, "Yawar Fiesta" ... Dans le monde hispanique, il demeure cependant une des grandes figures de la littérature du siècle. "Yawar Fiesta" raconte les Andes dans les années 30. En quelques pages, nous sommes transportés dans un autre univers, celui des Indiens du Pérou, cantonnés en marge du monde, corvéables à merci, chassés des bonnes terres et qui n'ont d'autre identité que leur langue quechua et leurs rites anciens. Face à eux, un pied dans les deux mondes - indien et blanc -, les métis. Au sommet de la pyramide, les Blancs, administrateurs et propriétaires terriens, que les Indiens nomment humblement "werak'ocha", du nom du plus célèbre dieu inca que l'on traduit aujourd'hui pudiquement par "maître" ... Pour évoquer la prose de José Maria Arguedas, il faudrait pouvoir dire la beauté classique d'une langue (l'espagnol) - celle de l'envahisseur, de l'ennemi - étroitement tissée ici à celle des ancêtres incas, le quechua. L'écriture d'Arguedas est pétrie de ces deux idiomes. Sa poésie, son vocabulaire populaire sont quechua, sa construction, son souffle d'écrivain, son regard d'anthropologue sont espagnols. Toute la force de ce livre - de tous ses livres, nouvelles et romans confondus - naît de cette volonté d'affirmer un possible métissage. Et l'espagnol ne perd rien à être ainsi saupoudré de mots quechua, habité de culture inca. Bien au contraire, il gagne en finesse, en analyse voire en profondeur. Beauté sombre d'un récit qui s'accorde à la voix des hommes et aux palpitations de la nature.
Télérama - Michèle Gazier
 


Revenir en haut
larouge
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 05 Fév 2009
Messages: 415

MessagePosté le: Dim 8 Fév - 13:49 (2009)    Sujet du message: José Maria ARGUEDAS Répondre en citant

à propos de les fleuves profonds

Ernesto est le fils d'un avocat pauvre qui erre de ville en village clans les vallées du sud du Pérou en quête d'un lieu où s'établir. Au cours de leurs pérégrinations, l'adolescent noue une relation intime avec le Pérou profond, jusqu'au jour où son père le confie aux religieux du collège d'Abancay. Il découvrira dans cette ville de province étouffante un univers régi par le mal, l'injustice et la violence, auquel il opposera sa propre vision du monde, héritée de son contact avec les Indiens et de sa connaissance de leur culture et de leur langue.  


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 10:50 (2018)    Sujet du message: José Maria ARGUEDAS

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    ce qui restait à dire sur les ecrivains de las americas Index du Forum -> ce qui restait à dire sur les ecrivains de las americas -> José Maria ARGUEDAS Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB
Appalachia Theme © 2002 Droshi's Island
Traduction par : phpBB-fr.com
Designed & images by Kooky